Terrasse Café Citoyen Hyères

Trois jours pour discuter démocratie participative et actions locales à Trouville – Actu.fr

mars 24, 2018 in news by Michel GRÉGOIRE

L’association trouvillaise Allô citoyen invite, ce week-end, Tristan Rechid, formateur en intervention sociale, pour partager et débattre autour de la vie politique locale.

16
L’association organise des cafés citoyens à Trouville, comme ici, où Isabelle Richaud, chargée de mission auprès du Ministère de la transition écologique, est intervenue pour parler de l’urgence écologique.

Dès ce soir, 19 h 30, et jusqu’à dimanche, l’association Allô citoyen organise son « week-end de la démocratie », à la salle de la plage de Trouville (Calvados), animé par Tristan Rechid, formateur en intervention sociale.

Tristan Rechid a créé la liste participative de Saillans (Drôme), en 2014 , c’est la seule commune en France qui fonctionne avec une gouvernance collégiale, où les décisions concernant la gestion de la vie citoyenne sont prises par les habitants et forcément actées par les élus, explique Grégory Fournière, en charge de la communication d’Allô citoyen.

Un modèle qui emprunte aux fondements du principe démocratique.

Sans couleur politique

L’animateur a depuis lancé la Belle démocratie, un collectif intervenant auprès des habitants désireux d’en savoir davantage sur le modèle de la petite ville drômoise.

On est là pour accompagner, inspirer les communes sur la dynamique participative, une autre manière de faire vivre la démocratie, précise Tristan Rechid.

Il ouvrira la soirée sur une conférence, avant de laisser la place à son compagnon de route, Philippe Séranne, auteur-compositeur et pianiste, pour un concert.

Prenant appui sur l’expérience de Saillans, l’association souhaite sensibiliser le public à la participation citoyenne. « On est curieux de savoir comment s’est mis en place l’exemple de Saillans, poursuit Grégory Fournière, comment cette équipe a motivé tous ces gens pour gérer la municipalité. »

À la fois organisateurs et spectateurs, les membres d’Allô citoyen espèrent ainsi se doter des outils et méthodes qui servent la participation du plus grand nombre à vie locale, exempte de toute étiquette politique et partisane.

Notre cheval de bataille, c’est la participation à Trouville, notre but est de faire remonter l’avis des citoyens à la mairie, peu importe la couleur politique, nous sommes un relais entre les citoyens et la mairie.

Des ateliers de formation à la démocratie locale auront lieu samedi, de 10 h à 17 h (places limitées). Dimanche, Allô citoyen proposera une promenade écologique en vue de nettoyer la plage de Trouville (gants et sacs fournis). Le départ est prévu à 9 h.

Informations et détails du programme : contact@allocitoyen.fr ou au 06 30 45 26 31.

Le printemps mulhousien sera citoyen ! – M+

mars 21, 2018 in news by Michel GRÉGOIRE

Evènement national, le Printemps citoyen a débuté mercredi à Mulhouse. Jusqu’au jeudi 29 mars, ce sont plus de 60 conférences, débats, ateliers et autres spectacles, concoctés par les Mulhousiens, qui vont rythmer la vie de la cité.

Qu’on se le dise : à Mulhouse, le début du printemps est frais mais il est surtout citoyen. Conférences, débats, cafés thématiques, ateliers, projections, spectacles, diagnostics de terrain… Au total, plus de 60 manifestations vont ensoleiller la vie de la cité, jusqu’au jeudi 29 mars.

« La démonstration d’une véritable énergie »

Catherine KohlerRencontre et diagnostic, mercredi après-midi, avec les riverains de la rue du Lieutenant Jean de Loisy.

C’est ce mercredi matin dans un centre socio-culturel Papin bondé que le coup d’envoi du 2e Printemps citoyen, porté à l’échelle hexagonale par Kawaa et Démocratie ouverte, a été donné à Mulhouse. Et autant dire que Cécile Sornin, adjointe au maire déléguée à la Démocratie participative, abordait cette première mulhousienne avec un large sourire : « Le Printemps citoyen s’inscrit dans la démarche de démocratie participative engagée par la Ville depuis 2014 avec le Forum Libé, puis la création de l’Agence de participation citoyenne, la plateforme mulhousecestvous.fr, les conseils citoyens et participatifs et la grande journée « Osez la participation citoyenne », du 7 octobre dernier. Il existe aujourd’hui une dynamique à Mulhouse. Le Printemps citoyen se veut une grande fête de la démocratie et de la participation des Mulhousiens à la vie de leur ville. Les plus de 60 événements, proposés par les habitants et les acteurs mulhousiens, démontrent une véritable énergie. »

« Mulhouse pionnière »

Venu spécialement de Paris pour le lancement du Printemps citoyen, Kévin André, président-fondateur de la plateforme collaborative Kawaa, voit en Mulhouse, « une ville modèle et pionnière » en matière de transition démocratique : « Nous vivons dans un monde où nous sommes de plus en plus connectés mais aussi de plus en plus isolés les uns des autres, à tel point qu’en Grande-Bretagne un Ministère de la solitude a été créé. Le Printemps citoyen vise à nous connecter dans la vie réelle. Il n’y a pas de démocratie sans rencontres et sans débats. Plutôt que le speed dating, nous préférons le slow dating… »

Catherine KohlerCafé convivial à la Maison des Berges avec le collectif Vita’rue.

« Agir ensemble »

Visiblement ravie d’accueillir le Printemps citoyen, le maire de Mulhouse Michèle Lutz espère transformer cette première mulhousienne en un rendez-vous incontournable :

« L’ensemble de nos politiques publiques intègrent cette dimension citoyenne pour construire et faire avancer ensemble, de manière positive, notre ville. Nous ne pouvons que nous réjouir d’accueillir le lancement national du Printemps citoyen. »

Une manière de promouvoir « l’agir ensemble » et « les logiques collaboratives » entre le citoyen, les élus, les associations et les collectivités, comme l’a souligné Armel Le Coz, cofondateur du collectif Démocratie Ouverte.

Engagement

Autant de rendez-vous à travers la ville, proposés jusqu’au 29 mars, visant l’engagement citoyen de tout à chacun pour lesquels il est bien évidemment possible de participer mais aussi d’être force de propositions (en organisant une rencontre, un débat, un atelier…) et même d’accueillir un événement, via la plateforme mulhousecestvous.fr

Rendez-vous est d’ores et déjà donné, le 3 avril prochain à 19h au Carré des associations, pour un temps de partage et de bilan de ce Printemps citoyen et pourquoi pas, comme l’a souligné Cécile Sornin, « de passer du débat au projet concret ».

Tout le programme du Printemps citoyen sur mulhousecestvous.fr

Associer les habitants pour faire réussir les communes – La Gazette.fr

mars 19, 2018 in news by Michel GRÉGOIRE

Thick arrow pointing to the left and up, made from plenty of colorful jigsaw puzzle pieces separated on white background.Flickr cc by Horia Varlan

Les communes nouvelles, un sujet réservé aux élus ? Non, répondent de nombreux maires qui veulent faire la part belle aux habitants dans la naissance de ces nouvelles entités locales. Zoom sur la façon d’associer les citoyens à ce grand chambardement local.

 « Les communes nouvelles, c’est l’affaire des maires, mais aussi et peut-être surtout des habitants. Si on se marie pour la carotte financière, le retour de bâton est risqué. Si on s’unit pour un projet qui va améliorer la vie des habitants, l’union a toutes les chances de marcher » juge Christian Bilhac. Le constat du maire du Péret (Hérault) est partagé par de nombreux édiles présents lors des rencontres nationales des communes nouvelles organisée par l’AMF à Paris le 15 mars.

Mais les points de vue concernant les modalités pour associer les habitants à la création d’une commune nouvelle sont plus divergents et associent parfois les habitants a posteriori.

Première option : aller tôt à la rencontre des habitants pour leur présenter le projet. C’est l’option retenue par Jean-Marc Vasse, le maire de Terres-de-Caux (Seine-Maritime).

Donner la parole aux habitants quand le projet est avancé

« Nous avons fait le choix d’une stratégie commune pour annoncer notre fusion : tous les maires, avec un même discours, ont annoncé la création de la commune nouvelle lors de la cérémonie aux vœux des habitants. Les citoyens ont été très bienveillants et nous ont encouragés » relate-t-il.

Il tient toutefois à préciser : « Le temps des élus n’est pas le temps des citoyens. Et nous ne nous voyions pas faire des réunions publiques tant que nous n’étions pas encore certains des modalités effectives que nous allions retenir. Nous avons donc décidé de cette prise de parole quand les communes étaient toutes bien d’accord », explique l’édile.

« C’est vrai que quand on part de ce principe, certains disent que tout est ficelé en amont et que les habitants n’ont pas leur mot à dire. Mais moi, je pense plutôt qu’il ne faut pas se laisser impressionner par quelques râleurs. La communication avec les journalistes et notre page Facebook créée pour l’occasion a fait également beaucoup pour nous permettre de communiquer avec les habitants » estime l’élu.

Des habitants qui n’ont pas toujours envie d’avoir leur mot à dire

Si certains prônent la discussion avec les habitants, d’autres retiennent plutôt une approche « à la hussarde » comme le dit Delmira Dauvilliers, maire du Malesherbois (Loiret). « Nous avons créé notre commune nouvelle en à peine 6 mois. Cela a été assez simple puisque les limites de la communauté de communes étaient exactement les mêmes. Et puis, la com’com était tellement en difficulté que nous en étions même arrivés à redemander aux communes de reprendre en main d’anciennes compétences », explique-t-elle.

« Nous avons donc fait le choix de ne pas procéder à de consultations citoyennes compte tenu de l’évidence. Les 7 conseils municipaux ont dit oui et les populations ne se sont d’ailleurs pas forcément beaucoup intéressées au sujet » continue l’élue.

« Là où cela a plus coincé, nuance toutefois la maire, c’est sur la nécessité de renommer les noms de rues, une obligation pour éviter les doublons. Il y a eu des problèmes d’acheminement du courrier pendant un an et les habitants se sont alors posés des questions. Mais nous sommes parvenus à les rassurer en échangeant avec les journalistes locaux qui ont relaté nos propos et une campagne de communication dans nos magazines municipaux » insiste-t-elle.

Des cafés citoyens pour comprendre les blocages

Autre possibilité : intégrer les habitants une fois la commune nouvelle créée. C’est l’option retenue par Pierre-François Bernard, le maire des Premiers Sapins (Doubs). « Notre commune nouvelle s’est faite en 5 mois, sans encombre. Là où les difficultés ont commencé, c’est quand les différents comités des fêtes se sont tirés dans les pattes pour savoir qui allait faire quoi maintenant qu’il n’y avait plus de nécessité à avoir plusieurs associations sur le même terrain » explique l’édile.

« Très vite, nous avons décidé de lancer des cafés citoyens avec 5 conseillers municipaux et quelques membres d’associations. Nous sommes entrés dans une phase de discussion pour comprendre nos erreurs. Le principe de ces échanges était de faire écrire aux participants ce qu’ils appréciaient et ce qui les gênaient dans la commune nouvelle. Puis nous lisions leur avis à la façon d’un « crieur public » afin de faire réagir les participants », détaille Pierre-François Bernard.

« Ça a été un grand succès. Nous avons rencontré lors de ces réunions des gens que nous ne voyons jamais aux rencontres municipales… Grâce à ces cafés citoyens, les habitants se sont emparés de la commune nouvelle et ont permis de mettre sur les rails des projets dont nous n’aurions jamais eu l’idée en tant qu’élus » continue le maire. L’équipe municipale est par exemple en train de travailler sur la création d’une voie douce pour que les enfants puissent se déplacer aux Premiers sapins sans passer par la route départementale.

Les agents, de bons communicants pour convaincre les citoyens

Dernière option évoquée pour faire participer les citoyens : donner toute leur place dans la réflexion aux… agents municipaux. Jean-Marie Vasse explique ainsi « avoir associé immédiatement toutes les secrétaires de mairie qui ont planché de bon cœur sur une charte des valeurs des personnels de la commune nouvelle ».

« La création d’une commune nouvelle offre des évolutions de carrière encourageante pour les agents » insiste de son côté Delmira Dauvilliers. « Sans compter qu’ils peuvent être d’excellents agents de communication pour expliquer le progrès que représente une commune nouvelle pour les habitants » juge la maire du Malesherbois.

C’est Christian Manable, sénateur de la Somme et co-auteur d’un rapport sur les communes nouvelles qui a le mot de la fin. « La meilleure façon de convaincre les habitants de l’intérêt de créer un nouveau territoire, c’est d’expliquer comment il va permettre aux citoyens d’avoir accès à des services publics que leur commune seule ne pourrait jamais s’offrir » conclut-il.

Ressources, un café citoyen sur les énergies renouvelables – La Dépêche.fr

mars 13, 2018 in news by Michel GRÉGOIRE

Ce sera aussi l’occasion de discuter des énergies éenouvelables mais également de la sobriété, indispensable pour que çela fonctionne !

L’animateur Benjamin Malan (ingénieur énergéticien, membre fondateur d’Alternatiba Toulouse), sera présent pour expliquer ces grands projets. Entrée libre. Consommations tirées du panier. Début de la table ronde à 20 heures (durée 2 heures). Petit tour de table suivi d’échanges.

L’intelligence collective – JDN

février 12, 2018 in intelligence-collective by Michel GRÉGOIRE

Dans le monde animal, comme dans l’entreprise, ou partout ailleurs, un groupe d’individus peut recourir à l’intelligence collective pour partager ses connaissances et ses compétences au nom d’un but commun.

Intelligence collective : définition

L’intelligence collective représente la capacité intellectuelle d’une communauté d’individus qui est issue des interactions entre ses membres, permettant d’effectuer des tâches complexes grâce aux synergies réalisées. L’intelligence collective suppose, pour la communauté, le partage de l’information, le respect de règles communes, de nombreuses relations sociales, et un bénéfice à collaborer pour chacun des membres.

L’intelligence collective en entreprise

Dans le monde du travail, l’intelligence collective est une réalité quotidienne puisque le principe même de l’entreprise est de faire travailler ensemble des membres aux profils divers (salariés et partenaires extérieurs) dans un objectif commun. Elle a un impact direct sur la réussite d’un projet et la performance globale de l’entreprise. Bien souvent, les entreprises résonnent donc en intelligence collective sans le savoir…

Management et intelligence collective

Au quotidien les entreprises peuvent optimiser leurs performances en mettant en place un management capable de tirer profit de l’intelligence collective des équipes. Dans cet objectif, un manager va chercher non plus à donner des ordres à ses collaborateurs, mais à les guider en s’appuyant sur leurs idées pour trouver la meilleure solution à un problème donné. Le manager mobilise les talents internes au groupe en facilitant le partage des informations, en les impliquant davantage dans le processus de décision, et surtout en encourageant la prise de parole et la prise de risque.

Outils d’intelligence collective

Si la mise en place de l’intelligence collective nécessite un management qualifié, il est également nécessaire de déployer en interne certains outils qui permettent de favoriser les échanges tout en cassant les silos : intranet, extranet mais aussi réseau social d’entreprise, logiciels de veille stratégique, logiciels groupés pour la discussion ou la rédaction de document.

L’intelligence collective chez les animaux

L’intelligence collective est très répandue dans le monde animal, notamment chez les insectes sociaux (fourmis, abeilles, termites) et chez les espèces communautaires (poissons, oiseaux, loups, lionnes). Par exemple, les fourmis recourent à l’intelligence collective pour résoudre des problèmes complexes en se partageant les tâches à effectuer, tandis que les oiseaux migrateurs s’en servent pour économiser de l’énergie pendant le vol. Pour terminer voici deux citations de référence sur l’intelligence collective :

 » L’intelligence collective est l’art de maximiser simultanément la liberté créatrice et l’efficacité collaborative  » Pierre Levy

 » Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens déterminés puisse changer le monde. En fait, ça a toujours marché comme ça.  » Margaret Mead

 

Et aussi

Management participatif : définition, avantages, exemples

Loin du modèle traditionnel de management directif, le management participatif souhaite rendre les conditions de travail plus attractives pour le bien-être des salariés. Ce qui permet d’augmenter le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Blog Activity

Sorry, there was no blog activity found.

Trois jours pour discuter démocratie participative et actions locales à Trouville – Actu.fr

L’association trouvillaise Allô citoyen invite, ce week-end, Tristan Rechid, formateur en intervention sociale, pour partager et débattre autour de la vie politique locale.

16
L’association organise des cafés citoyens à Trouville, comme ici, où Isabelle Richaud, chargée de mission auprès du Ministère de la transition écologique, est intervenue pour parler de l’urgence écologique.

Dès ce soir, 19 h 30, et jusqu’à dimanche, l’association Allô citoyen organise son « week-end de la démocratie », à la salle de la plage de Trouville (Calvados), animé par Tristan Rechid, formateur en intervention sociale.

Tristan Rechid a créé la liste participative de Saillans (Drôme), en 2014 , c’est la seule commune en France qui fonctionne avec une gouvernance collégiale, où les décisions concernant la gestion de la vie citoyenne sont prises par les habitants et forcément actées par les élus, explique Grégory Fournière, en charge de la communication d’Allô citoyen.

Un modèle qui emprunte aux fondements du principe démocratique.

Sans couleur politique

L’animateur a depuis lancé la Belle démocratie, un collectif intervenant auprès des habitants désireux d’en savoir davantage sur le modèle de la petite ville drômoise.

On est là pour accompagner, inspirer les communes sur la dynamique participative, une autre manière de faire vivre la démocratie, précise Tristan Rechid.

Il ouvrira la soirée sur une conférence, avant de laisser la place à son compagnon de route, Philippe Séranne, auteur-compositeur et pianiste, pour un concert.

Prenant appui sur l’expérience de Saillans, l’association souhaite sensibiliser le public à la participation citoyenne. « On est curieux de savoir comment s’est mis en place l’exemple de Saillans, poursuit Grégory Fournière, comment cette équipe a motivé tous ces gens pour gérer la municipalité. »

À la fois organisateurs et spectateurs, les membres d’Allô citoyen espèrent ainsi se doter des outils et méthodes qui servent la participation du plus grand nombre à vie locale, exempte de toute étiquette politique et partisane.

Notre cheval de bataille, c’est la participation à Trouville, notre but est de faire remonter l’avis des citoyens à la mairie, peu importe la couleur politique, nous sommes un relais entre les citoyens et la mairie.

Des ateliers de formation à la démocratie locale auront lieu samedi, de 10 h à 17 h (places limitées). Dimanche, Allô citoyen proposera une promenade écologique en vue de nettoyer la plage de Trouville (gants et sacs fournis). Le départ est prévu à 9 h.

Informations et détails du programme : contact@allocitoyen.fr ou au 06 30 45 26 31.

Le printemps mulhousien sera citoyen ! – M+

Evènement national, le Printemps citoyen a débuté mercredi à Mulhouse. Jusqu’au jeudi 29 mars, ce sont plus de 60 conférences, débats, ateliers et autres spectacles, concoctés par les Mulhousiens, qui vont rythmer la vie de la cité.

Qu’on se le dise : à Mulhouse, le début du printemps est frais mais il est surtout citoyen. Conférences, débats, cafés thématiques, ateliers, projections, spectacles, diagnostics de terrain… Au total, plus de 60 manifestations vont ensoleiller la vie de la cité, jusqu’au jeudi 29 mars.

« La démonstration d’une véritable énergie »

Catherine KohlerRencontre et diagnostic, mercredi après-midi, avec les riverains de la rue du Lieutenant Jean de Loisy.

C’est ce mercredi matin dans un centre socio-culturel Papin bondé que le coup d’envoi du 2e Printemps citoyen, porté à l’échelle hexagonale par Kawaa et Démocratie ouverte, a été donné à Mulhouse. Et autant dire que Cécile Sornin, adjointe au maire déléguée à la Démocratie participative, abordait cette première mulhousienne avec un large sourire : « Le Printemps citoyen s’inscrit dans la démarche de démocratie participative engagée par la Ville depuis 2014 avec le Forum Libé, puis la création de l’Agence de participation citoyenne, la plateforme mulhousecestvous.fr, les conseils citoyens et participatifs et la grande journée « Osez la participation citoyenne », du 7 octobre dernier. Il existe aujourd’hui une dynamique à Mulhouse. Le Printemps citoyen se veut une grande fête de la démocratie et de la participation des Mulhousiens à la vie de leur ville. Les plus de 60 événements, proposés par les habitants et les acteurs mulhousiens, démontrent une véritable énergie. »

« Mulhouse pionnière »

Venu spécialement de Paris pour le lancement du Printemps citoyen, Kévin André, président-fondateur de la plateforme collaborative Kawaa, voit en Mulhouse, « une ville modèle et pionnière » en matière de transition démocratique : « Nous vivons dans un monde où nous sommes de plus en plus connectés mais aussi de plus en plus isolés les uns des autres, à tel point qu’en Grande-Bretagne un Ministère de la solitude a été créé. Le Printemps citoyen vise à nous connecter dans la vie réelle. Il n’y a pas de démocratie sans rencontres et sans débats. Plutôt que le speed dating, nous préférons le slow dating… »

Catherine KohlerCafé convivial à la Maison des Berges avec le collectif Vita’rue.

« Agir ensemble »

Visiblement ravie d’accueillir le Printemps citoyen, le maire de Mulhouse Michèle Lutz espère transformer cette première mulhousienne en un rendez-vous incontournable :

« L’ensemble de nos politiques publiques intègrent cette dimension citoyenne pour construire et faire avancer ensemble, de manière positive, notre ville. Nous ne pouvons que nous réjouir d’accueillir le lancement national du Printemps citoyen. »

Une manière de promouvoir « l’agir ensemble » et « les logiques collaboratives » entre le citoyen, les élus, les associations et les collectivités, comme l’a souligné Armel Le Coz, cofondateur du collectif Démocratie Ouverte.

Engagement

Autant de rendez-vous à travers la ville, proposés jusqu’au 29 mars, visant l’engagement citoyen de tout à chacun pour lesquels il est bien évidemment possible de participer mais aussi d’être force de propositions (en organisant une rencontre, un débat, un atelier…) et même d’accueillir un événement, via la plateforme mulhousecestvous.fr

Rendez-vous est d’ores et déjà donné, le 3 avril prochain à 19h au Carré des associations, pour un temps de partage et de bilan de ce Printemps citoyen et pourquoi pas, comme l’a souligné Cécile Sornin, « de passer du débat au projet concret ».

Tout le programme du Printemps citoyen sur mulhousecestvous.fr

Associer les habitants pour faire réussir les communes – La Gazette.fr

Thick arrow pointing to the left and up, made from plenty of colorful jigsaw puzzle pieces separated on white background.Flickr cc by Horia Varlan

Les communes nouvelles, un sujet réservé aux élus ? Non, répondent de nombreux maires qui veulent faire la part belle aux habitants dans la naissance de ces nouvelles entités locales. Zoom sur la façon d’associer les citoyens à ce grand chambardement local.

 « Les communes nouvelles, c’est l’affaire des maires, mais aussi et peut-être surtout des habitants. Si on se marie pour la carotte financière, le retour de bâton est risqué. Si on s’unit pour un projet qui va améliorer la vie des habitants, l’union a toutes les chances de marcher » juge Christian Bilhac. Le constat du maire du Péret (Hérault) est partagé par de nombreux édiles présents lors des rencontres nationales des communes nouvelles organisée par l’AMF à Paris le 15 mars.

Mais les points de vue concernant les modalités pour associer les habitants à la création d’une commune nouvelle sont plus divergents et associent parfois les habitants a posteriori.

Première option : aller tôt à la rencontre des habitants pour leur présenter le projet. C’est l’option retenue par Jean-Marc Vasse, le maire de Terres-de-Caux (Seine-Maritime).

Donner la parole aux habitants quand le projet est avancé

« Nous avons fait le choix d’une stratégie commune pour annoncer notre fusion : tous les maires, avec un même discours, ont annoncé la création de la commune nouvelle lors de la cérémonie aux vœux des habitants. Les citoyens ont été très bienveillants et nous ont encouragés » relate-t-il.

Il tient toutefois à préciser : « Le temps des élus n’est pas le temps des citoyens. Et nous ne nous voyions pas faire des réunions publiques tant que nous n’étions pas encore certains des modalités effectives que nous allions retenir. Nous avons donc décidé de cette prise de parole quand les communes étaient toutes bien d’accord », explique l’édile.

« C’est vrai que quand on part de ce principe, certains disent que tout est ficelé en amont et que les habitants n’ont pas leur mot à dire. Mais moi, je pense plutôt qu’il ne faut pas se laisser impressionner par quelques râleurs. La communication avec les journalistes et notre page Facebook créée pour l’occasion a fait également beaucoup pour nous permettre de communiquer avec les habitants » estime l’élu.

Des habitants qui n’ont pas toujours envie d’avoir leur mot à dire

Si certains prônent la discussion avec les habitants, d’autres retiennent plutôt une approche « à la hussarde » comme le dit Delmira Dauvilliers, maire du Malesherbois (Loiret). « Nous avons créé notre commune nouvelle en à peine 6 mois. Cela a été assez simple puisque les limites de la communauté de communes étaient exactement les mêmes. Et puis, la com’com était tellement en difficulté que nous en étions même arrivés à redemander aux communes de reprendre en main d’anciennes compétences », explique-t-elle.

« Nous avons donc fait le choix de ne pas procéder à de consultations citoyennes compte tenu de l’évidence. Les 7 conseils municipaux ont dit oui et les populations ne se sont d’ailleurs pas forcément beaucoup intéressées au sujet » continue l’élue.

« Là où cela a plus coincé, nuance toutefois la maire, c’est sur la nécessité de renommer les noms de rues, une obligation pour éviter les doublons. Il y a eu des problèmes d’acheminement du courrier pendant un an et les habitants se sont alors posés des questions. Mais nous sommes parvenus à les rassurer en échangeant avec les journalistes locaux qui ont relaté nos propos et une campagne de communication dans nos magazines municipaux » insiste-t-elle.

Des cafés citoyens pour comprendre les blocages

Autre possibilité : intégrer les habitants une fois la commune nouvelle créée. C’est l’option retenue par Pierre-François Bernard, le maire des Premiers Sapins (Doubs). « Notre commune nouvelle s’est faite en 5 mois, sans encombre. Là où les difficultés ont commencé, c’est quand les différents comités des fêtes se sont tirés dans les pattes pour savoir qui allait faire quoi maintenant qu’il n’y avait plus de nécessité à avoir plusieurs associations sur le même terrain » explique l’édile.

« Très vite, nous avons décidé de lancer des cafés citoyens avec 5 conseillers municipaux et quelques membres d’associations. Nous sommes entrés dans une phase de discussion pour comprendre nos erreurs. Le principe de ces échanges était de faire écrire aux participants ce qu’ils appréciaient et ce qui les gênaient dans la commune nouvelle. Puis nous lisions leur avis à la façon d’un « crieur public » afin de faire réagir les participants », détaille Pierre-François Bernard.

« Ça a été un grand succès. Nous avons rencontré lors de ces réunions des gens que nous ne voyons jamais aux rencontres municipales… Grâce à ces cafés citoyens, les habitants se sont emparés de la commune nouvelle et ont permis de mettre sur les rails des projets dont nous n’aurions jamais eu l’idée en tant qu’élus » continue le maire. L’équipe municipale est par exemple en train de travailler sur la création d’une voie douce pour que les enfants puissent se déplacer aux Premiers sapins sans passer par la route départementale.

Les agents, de bons communicants pour convaincre les citoyens

Dernière option évoquée pour faire participer les citoyens : donner toute leur place dans la réflexion aux… agents municipaux. Jean-Marie Vasse explique ainsi « avoir associé immédiatement toutes les secrétaires de mairie qui ont planché de bon cœur sur une charte des valeurs des personnels de la commune nouvelle ».

« La création d’une commune nouvelle offre des évolutions de carrière encourageante pour les agents » insiste de son côté Delmira Dauvilliers. « Sans compter qu’ils peuvent être d’excellents agents de communication pour expliquer le progrès que représente une commune nouvelle pour les habitants » juge la maire du Malesherbois.

C’est Christian Manable, sénateur de la Somme et co-auteur d’un rapport sur les communes nouvelles qui a le mot de la fin. « La meilleure façon de convaincre les habitants de l’intérêt de créer un nouveau territoire, c’est d’expliquer comment il va permettre aux citoyens d’avoir accès à des services publics que leur commune seule ne pourrait jamais s’offrir » conclut-il.

Ressources, un café citoyen sur les énergies renouvelables – La Dépêche.fr

Ce sera aussi l’occasion de discuter des énergies éenouvelables mais également de la sobriété, indispensable pour que çela fonctionne !

L’animateur Benjamin Malan (ingénieur énergéticien, membre fondateur d’Alternatiba Toulouse), sera présent pour expliquer ces grands projets. Entrée libre. Consommations tirées du panier. Début de la table ronde à 20 heures (durée 2 heures). Petit tour de table suivi d’échanges.

L’intelligence collective – JDN

Dans le monde animal, comme dans l’entreprise, ou partout ailleurs, un groupe d’individus peut recourir à l’intelligence collective pour partager ses connaissances et ses compétences au nom d’un but commun.

Intelligence collective : définition

L’intelligence collective représente la capacité intellectuelle d’une communauté d’individus qui est issue des interactions entre ses membres, permettant d’effectuer des tâches complexes grâce aux synergies réalisées. L’intelligence collective suppose, pour la communauté, le partage de l’information, le respect de règles communes, de nombreuses relations sociales, et un bénéfice à collaborer pour chacun des membres.

L’intelligence collective en entreprise

Dans le monde du travail, l’intelligence collective est une réalité quotidienne puisque le principe même de l’entreprise est de faire travailler ensemble des membres aux profils divers (salariés et partenaires extérieurs) dans un objectif commun. Elle a un impact direct sur la réussite d’un projet et la performance globale de l’entreprise. Bien souvent, les entreprises résonnent donc en intelligence collective sans le savoir…

Management et intelligence collective

Au quotidien les entreprises peuvent optimiser leurs performances en mettant en place un management capable de tirer profit de l’intelligence collective des équipes. Dans cet objectif, un manager va chercher non plus à donner des ordres à ses collaborateurs, mais à les guider en s’appuyant sur leurs idées pour trouver la meilleure solution à un problème donné. Le manager mobilise les talents internes au groupe en facilitant le partage des informations, en les impliquant davantage dans le processus de décision, et surtout en encourageant la prise de parole et la prise de risque.

Outils d’intelligence collective

Si la mise en place de l’intelligence collective nécessite un management qualifié, il est également nécessaire de déployer en interne certains outils qui permettent de favoriser les échanges tout en cassant les silos : intranet, extranet mais aussi réseau social d’entreprise, logiciels de veille stratégique, logiciels groupés pour la discussion ou la rédaction de document.

L’intelligence collective chez les animaux

L’intelligence collective est très répandue dans le monde animal, notamment chez les insectes sociaux (fourmis, abeilles, termites) et chez les espèces communautaires (poissons, oiseaux, loups, lionnes). Par exemple, les fourmis recourent à l’intelligence collective pour résoudre des problèmes complexes en se partageant les tâches à effectuer, tandis que les oiseaux migrateurs s’en servent pour économiser de l’énergie pendant le vol. Pour terminer voici deux citations de référence sur l’intelligence collective :

 » L’intelligence collective est l’art de maximiser simultanément la liberté créatrice et l’efficacité collaborative  » Pierre Levy

 » Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens déterminés puisse changer le monde. En fait, ça a toujours marché comme ça.  » Margaret Mead

 

Et aussi

Management participatif : définition, avantages, exemples

Loin du modèle traditionnel de management directif, le management participatif souhaite rendre les conditions de travail plus attractives pour le bien-être des salariés. Ce qui permet d’augmenter le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Aller à la barre d’outils